Terpsichore – Création d’une base de données open-source de mouvements d’animation

  • Porteurs du projetFrançois Guezengar (Centrale Lyon), Pierre Theoleyre (CNSMD)
  • Description : Le projet Terpsichore est une collaboration entre des étudiants de l’Ecole Centrale de Lyon et du Conservatoire National Supérieur Musique et Danse de Lyon. Il a pour objectif de mettre en place une base de données open-source de mouvements pour les secteurs du cinéma et du jeu vidéo. L’acquisition des données se fera grâce à du matériel de motion capture dont Centrale Lyon s’est récemment équipé. Les étudiants de Centrale Lyon réaliseront les acquisitions des données tandis que les étudiants danseurs du CNSMD réaliseront les mouvements.
  • Autres participantsPauline Romagon (Centrale Lyon), Quentin Lemaire (Centrale Lyon), Charlotte Mattei (CNSMD), Sophie Lepennetier (CNSMD)
  • Livrable : L’objectif de ce projet consiste  à mettre en place une base de données open-source et accessible d’animations. Cette base de données doit être suffisamment documentée pour être utilisée aussi bien par des laboratoires de recherche, des écoles d’animation ou des studios de cinéma et de jeux vidéo. Les mouvements enregistrés seront principalement des mouvements du quotidien (s’asseoir, se relever, marcher, ...) réalisés avec des comportements différents (fatigué, énervé, apeuré, ...). La base doit pouvoir être complétée par d’autres projets qui souhaitent ajouter de nouveaux mouvements. Il faut donc également rédiger un guide d’utilisation de cette base de données.
  • Organisation : Ce projet s’étale sur 2 ans d’octobre 2016 à avril 2018 et se découpe en deux grandes parties :
    • -  Octobre 2016 – Avril 2017 : Acquisition des données et début d’animation.
    • -  Octobre 2017 – Avril 2018 : Réalisation et mise en ligne de la base de données.

      Cette organisation est très dépendante des temps de scolaires et de stages.

VFC Équin – étude de la variabilité de fréquence cardiaque chez le cheval de sport

  • Porteurs du projetJulia Eterradossi (ENS Lyon), Héloïse Lesca (VetAgro Sup)
  • Description : Les cavaliers ont tous un objectif commun : s’assurer du bien-être de leurs chevaux au quotidien et à long terme. Il est parfois difficile d’objectiver le bien-être des chevaux, et notamment des chevaux athlètes, qui sont entraînés chaque jour, parfois intensivement, pour atteindre les objectifs de la saison dans la meilleure forme possible.L’avancée des recherches et le développement des nouvelles technologies poussent aujourd’hui les cavaliers à chercher des solutions novatrices pour faciliter le suivi de l’état de forme et de santé des chevaux. De plus en plus d’innovations technologiques apparaissent ainsi dans le quotidien des cavaliers ; des thèses d’exercice sont d’ailleurs en cours de réalisation sur des sangles connectées, qui relèvent à intervalle réguliers la FC, la vitesse, la position et l’altitude relative (trajectoire des sauts). D’autres objets sont à l’étude, mais aucun n’utilise le RMSSD dont l’interprétation est moins intuitive que celle d’une fréquence cardiaque. Notre projet de recherche vient s’inscrire dans ce contexte.

    À partir de l’état de l’art nous avons identifié une mesure spécifique de la fonction cardiaque, la variabilité de fréquence cardiaque (VFC) utilisée couramment chez l’Homme comme marqueur précoce de fatigue (Younes M., et al, 2016, Saboul D., et al, 2015). La VFC a ainsi été mise en avant dans plusieurs publications chez l’Homme, et notamment chez le sportif (Saboul D., et al, 2015, Esco MR, et al, 2016). La VFC est également un marqueur de stress et un indicateur actuellement utilisé notamment en élevage intensif pour évaluer le bien-être des animaux de rente (bovins, ovins) (Clapp J.B, et al, 2014, Von Borrel E., 2007).

  • ParticipantsAlice Al-Asma (ENS Lyon), Juliette Delaere (VetAgro Sup), Julie Gavet (Centrale Lyon), Baptiste Hugonet (VetAgro Sup), Hugo Jeannet (VetAgro Sup), Mathilde Tourrel (VetAgro Sup), Lucas Venturini (ENS Lyon)
  • Durée : 24 mois
    2017 : Mise en place du protocole, réalisation de mesures
    2018 : Interprétation des résultats
  • Spécificités techniques :Définition de la VFC :
    « La variabilité de la fréquence cardiaque (VFC) est une mesure pratique, reproductible et non invasive (pas de douleurs ressenties par l’animal, pas de ponction) de l’activité du système nerveux autonome.

    Dans le projet Labo Jr VFC équin, nous nous intéressons plus particulièrement au RMSSD (Root Mean Square of Successive Differences) qui représente la moyenne quadratique des différences successives entre plusieurs intervalles R-R. »

    En d’autres termes, la VFC est une mesure qui permet d’étudier la capacité du système nerveux central à moduler la fréquence cardiaque en fonction des sollicitations externes et internes.

    Intérêt clinique :
    Chez l’Homme, cette mesure a été étudiée dès les années 80. D’abord utilisée dans le cadre hospitalier pour détecter des problèmes cardiaques (infarctus…), les sportifs y ont très vite trouvé un intérêt. C’est en effet un marqueur qui permet de détecter un état précoce de fatigue et donc de prévenir d’un possible surentrainement pouvant causer des blessures.

     

  • Objectifs et tâches : L’utilisation des montres « connectées » pour sportifs associées à différents types de cardiofréquencemètres est de plus en plus répandue. Elles permettent de suivre facilement la fatigue physique des sportifs et de prévenir les blessures liées au surentrainement tout en optimisant l’efficacité des entrainements. Pour autant, un tel système n’existe pas chez le cheval athlète. Des essais ont montré qu’il était possible d’utiliser le Polar RS800CX avec une ceinture adaptée (« wear-link H7 ») pour mesurer le RMSSD chez les chevaux (HRV in endurance horses, Vendig C.C.C, unpublished document), ce qui est beaucoup plus pratique à mettre en place qu’un ECG.
    L’intérêt commun au sein du groupe labo Jr VFC équin pour l’équitation et la santé du cheval, nous a amené à nous demander s’il était possible d’utiliser des technologies de type "montres connectées" pour évaluer la « VFC » chez le cheval ; et le projet VFC Equin a vu le jour. Son objectif est : développer l’utilisation du RMSSD dans un cadre sportif (cheval athlète) et clinique (douleur, stress)-(résume l’objectif long terme). Il se décompose en deux étapes.La première tâche consiste à réaliser une étude de terrain pour déterminer la corrélation entre RMSSD et bien-être dans les cas de risque de i) surentrainement (population 1), douleur (population 2), stress (population 3) chez le cheval. Trois populations d’individus seront donc étudiées :

    1- Des individus sportifs : pour vérifier si le RMSSD permet de détecter l’état de forme physique et le surentrainement de manière précoce et fiable

    2- Des chevaux en convalescence post opératoire : pour vérifier si le RMSSD permet de détecter la douleur avant les paramètres mesurables dont nous disposons actuellement

    3- Des juments venant de pouliner : pour estimer le stress, par exemple autour de la mise en place de protocoles thérapeutiques Dit pourquoi ces trois cas.

    Cette étude aboutira à la publication d’un article sur ces mesures.

    La seconde tâche est de mettre en place une interface web « user friendly » permettant d’exploiter directement des mesures (mesures directement enregistrées sur l’interface smartphone) comme cela existe déjà chez l’homme.

SoPhiAPP

Sociologie et Philosophie de l’Action, des Pratiques et des Publics

  • Porteur du projetThibault Jeandemange (Sciences Po Lyon)
  • Description : Le projet s’interroge sur les frontières de la recherche en sciences sociales, en philosophie et dans les arts, sur l’exploration de nouvelles formes de vulgarisation et de contact avec les publics, sur les enjeux politiques et matériels de l’innovation intellectuelle, et sa (ré)appropriation par les publics directement concernés.
  • Informations supplémentaires : N'hésitez pas à découvrir le site du projet sur lequel sont publiées les activités et les propositions d'articles et/ou fiches de lecture rédigées par les porteurs du projet : http://app.hypotheses.org 
    Le projet possède également une page Facebook : laboiratoireapp
    et un compte Twitter @Lab_APP